Édition #64

Février 2024

AMBASSADEURS DE LEUR MILIEUX

Autour de la table du CA, les huit administrateurs des Grands Territoires sont aussi les porte-voix des ambassadeurs des milieux qui les composent. Ils jouent donc un double rôle. Cette nouvelle structure nous permettra d’être encore plus près des différentes réalités que vivent nos membres, leurs caisses, leurs CDE et leurs SSD, et de répondre adéquatement à leurs attentes. En d’autres mots, nous serons collés en permanence à leurs préoccupations.

Au moment où vous lisez ces lignes, certains milieux n’ont pas encore choisi leur ambassadeur, mais ils se sont mobilisés. Nous sommes donc convaincus qu’avant la fin de ce trimestre, chacun aura le sien.

Réconciliation entre l’expérience consommateur et l’expérience employé

Rétablir la connexion entre l’expérience consommateur (Cx) et l’expérience employé (Ex) était au coeur du Congrès 2019 de l’ADGC. Tous les experts le répètent depuis quelques années : un employé ne peut transmettre au consommateur les valeurs de l’entreprise qui l’emploie s’il ne s’y sent pas comme chez lui, si ses valeurs personnelles sont en opposition avec celles de son employeur. Avec une telle prémisse, nous nous garantissions un congrès stimulant. Nous ne nous sommes pas trompés.

Je ne reviendrai pas ici sur toutes les conférences auxquelles nous avons assisté, mais il y en a une, en particulier, qui pourrait nous faire faire un bon bout de chemin à l’échelle locale : celle de Guillaume Lavoie sur l’économie collaborative. Il nous a permis d’envisager de nouvelles façons, pour nos caisses, de s’intégrer à leurs communautés: partage de locaux sous-utilisés, transformation d’une partie de leurs terrains de stationnement en jardins communautaires, et j’en passe. J’ai entendu un bon nombre de participants discuter de ses idées après sa présentation. L’économie collaborative est certainement l’expression moderne de la coopération et nous gagnerions certainement encore davantage, nos membres aussi, et toutes nos collectivités, à appliquer les dérivés modernes de ce qui a contribué à créer notre grand Mouvement il y a cent ans.

Fuite de données

Le 20 juin a été un moment de rupture chez Desjardins. Nous avons vécu un événement exceptionnel qui a poussé nos membres et le personnel de tout le réseau à se mobiliser. En tant que capitaines de chacun de nos bateaux, nous avons démontré un leadership remarquable. Nous avons tenu le coup sous une pression importante et soudaine exercée sur nos opérations. À travers l’épreuve, nous nous sommes assurés de garder la cohésion de nos équipes, et notre travail constant a permis de rassurer nos millions de membres qui s’étaient inquiétés. On peut s’en féliciter. Le mot clé « proximité » est à la base de nos actions. Avec la disparition des VPR, l’Association est devenue le meilleur lieu de rencontre, de discussion, de décision et d’orientation des DG, des DCDE et des DSSD. C’est dans cette optique que la nouvelle gouvernance à l’ADGC amène un nouveau rôle, et il est crucial : celui d’ambassadeur de son milieu.

Nous sommes aussi très fiers de la manière dont le président Guy Cormier a géré la situation il y a quatre mois. Le Mouvement s’est alors positionné comme un leader. D’ailleurs, Desjardins est souvent le premier à prendre des initiatives importantes qui reflètent ses valeurs. Le 22 septembre dernier, par exemple, Guy Cormier s’est rendu aux Nations Unies pour signer l’engagement du Mouvement Desjardins aux Principles for Responsible Banking (PRB). Elle est la première institution financière canadienne à le faire.

Au congrès, M. Cormier s’est confié en toute franchise, comme toujours, aux membres de l’Association. Plus de deux mois après l’électrochoc, nous lui avons alors demandé comment il se sentait. Il a alors répondu que ce qu’il avait observé partout dans le réseau et dans le public, dans les semaines précédant sa présence au congrès, c’était de la fierté. Les gens étaient fiers de la façon dont le Mouvement avait géré tout ça. Il nous a dit : « Les gens se sont serré les coudes et se sont alignés ». Nous, DG, DCDE, DSSD, nous avons été fiers de notre président.

Il pourra certainement compter sur nous pour la suite des choses. Car à une situation exceptionnelle, nous savons offrir une réponse exceptionnelle. Parce qu’ensemble, nous avons démontré que nous étions en mesure de vaincre la tempête.

 


Jean-Pierre Cantin
president@adgcq.com

Laisser un commentaire

Dans la même catégorie

À lire aussi